LA SAISON 2015 EST TERMINÉE ET TOUJOURS LE MÊME CONSTAT :

 

CETTE ANNEE 2015  FUT ENCORE  UNE ANNÉE NOIRE  pour la profession foraine déjà particulièrement touchée par la baisse du pouvoir d’achat.

 

Pas une semaine sans que les différents syndicats ne soient obligés d’intervenir pour débloquer des situations  face à l’acharnement de certains Maires de France, et à leur incompréhension totale de l’activité foraine. Les  décisions incohérentes qu’ils prennent conduisent inexorablement à la  destruction du monde festif :

 

-        Abus de pouvoir caractérisé,

-        Mépris total du droit forain qui régit la profession, ou simplement méconnaissance,

-        Remise en cause des fêtes existantes,

-        Suppression arbitraire d’emplacements, 

-        Refus total  de dialogue,

-        Problèmes liés aux Zones bleues,

-        etc.

 

Seules des manifestations d’envergures organisées par le CIDUNATI Interprofessionnel, l’INTERSYNDICALE ont permis le maintien du droit forain et la préservation de l’activité et des emplois.

 

Nos interventions face à la mauvaise volonté  municipale ont été encore plus   nombreuses cette année que les années précédentes, que ce soit dans les grandes villes, les petites villes, ou celles de moyennes importances citons en certaines :

 

-        LILLE,

-        NANCY,

-        PONTOISE,

-        PRINGY,

-        BETHUNE,

-        LYON,

-        TOULOUSE,

-        NIMES,

-        LIMOGES,

-        ROUEN, négociations actuellement en cours,

-        etc.

 

Même les toutes petites fêtes de village sont concernées, surtout depuis que les Maires ont confié leur gestion à des retraités ou à des associations qui se « trouvent investies d’une mission ».

 

Pour les problèmes majeurs nous avons dû engager de véritables « bras de fer », et certains ont provoqués d’importants conflits, tant  la durée du conflit que sur  la dureté des actions engagées.

 

Nous avions fait pour l’année 2015 un vœu :

 

-        Que les Maires de France se rappellent qu’être Artisans de la Fête est une véritable profession générant environ 300 000 emplois et que ces  artisans ne peuvent  être soumis au bon vouloir de nos élus ;

-        Que les Elus Politiques, les Préfets, les Administrations tiennent enfin compte des interventions répétées du CIDUNATI Interprofessionnel  et des différents Syndicats concernés,

 

A ce jour, malheureusement,  il  faut constater que la situation n’a pas changée et qu’elle se dégrade de plus en plus.

 

Que pouvons-nous faire à l’avenir pour LE RESPECT DE LA PROFESSION ?  POUR LE RESPECT ELEMENTAIRE de notre droit au travail ?

Nous n’avons pas le choix, nous devons augmenter la pression syndicale, réagir chaque fois, même si les problèmes semblent mineurs, et principalement être totalement unis dans les actions.

 

C’est ainsi que nous pourrons peut être faire échec aux décisions arbitraires de nos élus.

 

Daniel ROYER,

Président National du CIDUNATI Interprofessionnel